11/1/13

Introduction au livre de David Harvey / ‘Pour lire Le Capital’

Mon but est de vous amener à lire le livre I du Capital, à le lire tel que Marx voulait qu’il soit lu 1. Cette entreprise peut paraître ridicule, puisque si vous n’avez pas lu cet ouvrage, il vous est impossible de connaître les intentions de Marx. Or je peux vous assurer qu’il souhaitait être lu vraiment et attentivement. Tout véritable apprentissage implique un effort pour comprendre l’inconnu. La lecture du Capital proposée dans ce livre se révélera d’autant plus éclairante que vous aurez préalablement lu les chapitres traités. C’est pourquoi je voudrais vous encourager à vous frotter directement au texte de Marx, pour que vous puissiez vous faire votre propre idée de sa pensée.

Cela soulève d’emblée une difficulté. Tout le monde a entendu parler de Karl Marx, tout le monde a entendu les mots «marxisme» et «marxiste», qui possèdent toutes sortes de connotations:
vous avez donc forcément des idées préconçues et des préjugés – favorables ou non. Je vous demanderai cependant de commencer par mettre de côté, autant que possible, ce que vous croyez savoir de Marx, afin de pouvoir entendre ce qu’il a réellement à dire.

D’autres obstacles nous empêchent d’accéder directement au texte. Notre lecture est par exemple conditionnée par notre formation intellectuelle et notre expérience. Pour de nombreux étudiants, les considérations et préoccupations académiques dominent: ils auront naturellement tendance à lire Marx d’un point de vue disciplinaire particulier et exclusif. Or Marx n’aurait jamais obtenu de poste universitaire dans aucune discipline. Aujourd’hui encore, de nombreux départements répugnent à l’admettre dans leurs programmes. Donc si vous êtes un étudiant de 2e ou 3e cycle désireux de bien le lire, il vous faudra faire abstraction de ce qui vous permettra d’obtenir un poste dans votre domaine – certes pas définitivement, mais au moins dans votre lecture de Marx.

En un mot, vous devrez, pour comprendre son propos, faire tous les efforts pour vous arracher à votre discipline, à votre formation intellectuelle, et surtout à votre expérience personnelle (que vous soyez un syndicaliste, un militant associatif ou un entrepreneur capitaliste).