22/11/12

Cinquante thèses sur la mondialisation capitaliste et sur un communisme possible

André Tosel

Ces thèses résument et prolongent tout à la fois la réflexion contenue dans l’ouvrage Un monde en abîme ? Essai sur la mondialisation capitaliste (Paris, Kimé, 2008). Elles marquent le point d’arrivée actuel d’un parcours commencé en 1984 dans Praxis. Vers une refondation en philosophie marxiste (Paris, Editions Sociales), poursuivi avec L’esprit de scission. Études sur Marx, Gramsci et Lukács, (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1991), se reprenant à la fois dans Démocratie et libéralismes (Paris, Kimé, 1995) et Études sur Marx (et Engels). Vers un communisme de la finitude (Paris, Kimé, 1996).

PDF
Ce parcours se croise avec une réflexion permanente menée sur l’histoire des marxismes, à partir de la contribution à l’Histoire de la philosophie de la bibliothèque de la Pléiade, « Le développement du marxisme en Europe occidentale depuis 1917 » (Paris, Gallimard, 1974, réédité dans la série Folio, 1999, volume III, 3), jusqu’aux contributions au Dictionnaire Marx contemporain (direction Jacques Bidet et Eustache Kouvelakis, Paris, Presses Universitaires de France, 2001).

Cette recherche s’est particulièrement concentrée sur le marxisme en Italie, sur Antonio Labriola, Antonio Gramsci avec Modernité de Gramsci ?, (actes du colloque de Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1992) et Marx en italiques. Aux origines de la philosophie italienne contemporaine (Mauvezin, Trans-Europ-Repress, 1991). Ce parcours croisé a pour étape ultime l’ouvrage à paraître aux Editions Syllepse Marxismes du xxe siècle(septembre 2009).

Cette recherche a été accompagnée et soutenue par une réflexion sur la philosophie politique moderne et contemporaine avec notamment Kant révolutionnaire. Droit et politique (Paris, Presses Universitaires de France,1988). Une méditation constante de la philosophie de Spinoza a servi de contre-point avec la publication de trois ouvrages : Spinoza ou le crépuscule de la servitude. Essai sur le Traité théologico-politique (Paris, Aubier, 1984), De Spinoza, du matérialisme (Paris, Kimé, 1995) et récemment Spinoza ou l’autre (in)finitude (Paris, L’Harmattan, 2009).

Les thèses entendent servir de points d’appui pour l’élaboration d’une pensée de l’émancipation qui soit à la hauteur des défis imposés par la mondialisation capitaliste parvenue aujourd’hui à un point d’implosion et de saturation sans précédent. Rien ne garantit l’issue heureuse de ce qui est une crise organique du capitalisme mondialisé et barbare. Notre responsabilité est engagée, de toute urgence.